Publié par : myafricantrip | 26/11/2010

Le grand départ

Après 4 mois à Rhodes et des aventures inoubliables, dans moins de 10h je serai sur la route de l’aéroport de Port Elizabeth afin de retourner vers l’hiver français. A très bientôt !

Publié par : myafricantrip | 04/11/2010

Désert du Karoo + retour sur la Garden Route 23-27/09/2010

Cette semaine nous disposons d’un week end de 3 jours grâce aux nombreux jours fériés sud africains dédiés tantôt aux femmes battues, aux homosexuels persécutés, aux animaux mal-traités etc… Nous avons donc décidé de partir 4 jours au travers du désert du Karoo à environ 5 h de route vers le Nord, c’est aussi l’occasion de nous retrouver à nouveau tous ensemble après notre voyage au cap et une reprise des cours plutot difficile…

Après avoir roulé une bonne partie de la journée, enfin nous arrivons dans un Backpacker aux portes de « la vallée de la désolation », heureusement, nous n’oublions pas de bien nous hydrater dans la soirée !

Au matin nous partons  pour la vallée, les paysages s’étendent à perte de vue, les montagnes rongées par le temps adoptent des formes toutes plus pittoresques les unes que les autres; la faune et la flore sont aussi au rendez vous !

Après quelques centaines de photos et 2h de randonnée au travers de ces montagnes, nous voila reparti pour le village de Graaf-Reinet, en plein militeu de nul part, qui accueil un festival d’art nationalement célèbre. Lorsque nous arrivons le festival est apparemment terminé mais heureusement la pièce la plus intéressante était toujours présente : un énorme barbecue à l’intersection des deux seules rues du village nous permettant de passer une autre bonne soirée avant de reprendre la route pour retourner au backpacker.

A huit heures le réveil est plutot difficile, mais il faut reprendre la route afin de se diriger vers le sud-est afin de retomber sur la Garden route et au passage de visiter les Cango Caves, d’énormes grottes de plusieurs centaines de mètres de profondeur et accueillant des concerts symphoniques de plus de 3 000 spectateurs !

Sur la route nous traversons des vallées très étroites complètement enclavées qui nous retiennent quelques heures histoire de comparer nos compétences en escalade et en sauvetage d’américaine ayant le vertige…

De retour sur la route nous nous arrêtons à nouveau sur une air de repos indiquant la proximité de chutes d’eau. Lorsque nous arrivons des dizaines de touristes sont déjà occupé à prendre des photos, tant pis nous serons sur les clichés, dommage pour eux que nous ayons oublié nos maillots de bain…

Quelques heures plus tard sur la route toujours, un choix s’offre à nous : la route sure et rapide ou le col montagneux accidenté et étroit…

Après avoir traversé le col et fait de nombreuses rencontres de motards et conducteurs de 4×4 en tous genres, nous arrivons enfin à une cinquentaine de kilomètres de Wilderness où nous avions déjà séjourné quelques semaines plus tot. C’est avec plaisir que nous retrouvons la propriétaire du Backpacker ainsi que le barman. Le temps d’allumer le barbecue et de commander quelques bières et nous voila de nouveau autour du billard avec pour arrière plan l’Océan…

Après une journée à visiter les côtes de la Garden Route que nous avions manqué la dernière fois, direction Grahamstown pour de nouvelles aventures !

 

 Déjà dimanche, voila une première semaine de vacances d’écoulée, nous devons être à Rhodes pour vendredi. Pour rentrer, nous prendrons la Garden Route qui longe la côte entre le Cap est et le Cap Ouest, mais avant cela nous prenons la célèbre Route 62, s’étirant sur plusieurs dizaines de kilomètres et mêlant paysages ahurissants et curiosités touristiques .

Tout d’abord nous nous arrêtons au Ronnie’s Sex Shop, un ancien sex shop transformé en bar pour motards en plein milieu de nul part… Après quelques rafraîchissements dans ce bar chargé de souvenirs, aux murs remplis d’inscriptions et de photos de visiteurs du monde entier, direction à quelques kilomètres de là les sources chaudes où nous restons nous prélasser durant une bonne heure et demi.

Reprise de la route vers 16h, arrêt dans la soirée dans les montagnes pour observer le soleil se coucher sur une grande retenue d’eau avec en arrière plan l’aval de cette rivière entourée d’une végétation luxuriante.

Dans la soirée, arrivée dans un backpacker aux environs de George, dans la Wilderness en face de la plage. Nous y rencontrons un groupe de français, d’allemands et des étudiants de Stellenbosch. Nous finissons la soirée sur la plage malgré une température relativement peu élevée.

Lundi Matin, pluie et vent, nous annulons la randonnée prévue dans le parc national pour nous rendre dans la ville de Knysa où nous visitons le front de mer et un quartier résidentiel aménagé en reproduction de Venise. Petit arrêt sur la plage en rentrant pour observer le coucher de soleil sur la mer et on est parti pour faire les courses pour le barbecue de ce soir.

Arrivée au bacpacker le rugby passe à la télé, juste le temps d’allumer le barbecue, d’attraper des bières fraîches au bar et de glisser 2 rands dans le billard et c’est parti pour une soirée parfaite !

Le lendemain, départ pour Tsitsikama, quelques visites par ci par la avant de retourner au backpackers profiter du billard, ce soir les filles s’occupent du dinner ! Nous rencontrons un couple d’allemands avec qui nous échangeons nos souvenirs de voyage et c’est parti pour une autre soirée mémorable !

Mercredi, visite du Tsitsikama national Park, randonnées toute la journée pour arriver à une gigantesque chute d’eau, une fois arrivée en haut, non sans difficultés une vue magnifique s’offre à nous devant l’océan déchaîné. Le soir direction un bacpacker un peu particulier que nous avons trouvé dans les bois : un chalet pour 6 avec jacuzzi, salon … pour 49 € au total, soit 8 € par personne !! Après une soirée vins et fromages se terminant par une bonne heure dans le jacuzzi, au lit, la journée de demain ne sera pas de tout repos…

Jeudi, dernier jour sur la Garden Route, rien de mieux pour finir en beauté que de sauter du Bloukrans bridge accroché par les pieds à un élastique ! Il s’agit du plus haut saut à l’élastique du monde, d’une hauteur de 216 mètres pour une chute la tête la première à une vitesse de 120 km/h.

Au fur et à mesure de notre avancée vers le pont la pression monte mais reste raisonnable. Tout d’un coup le responsable des sauts me montre du doigt et m’appelle pour me préparer, je sens mes muscles se contracter et mon coeur s’accélérer. Une fois prêt, ils ouvrent la barrière, me saisissent par les bras, ne pouvant marcher avec les jambes liées, et me déposent au bord du néant. Soudain, avant même que je puisse comprendre ce qui était en train de se passer : five, four, three, two, one, BUNGY !!! Sans même savoir pourquoi, je me laisse tomber, tête la première et c’est parti!! après environ 3 secondes de chute libre, 2 minutes à rebondir, on vient me chercher avec un treuil et me remettre certificat et DVD et m’inviter à revenir dès que possible pour sauter en arrière; j’y penserais !

Après la visite de Monkeyland, un des plus grands parcs pour singes dans le monde, retour vers Grahamstown dans le vrai monde… Demain le réveil sera brutal, triste retour à la réalité après ces deux semaines hors du commun !

 

 

Hermanus

Après une nuit passée à Hermanus, direction le point de rendez vous ou nous devons retrouver les autres plongeurs pour aller voir les grands requins blancs. Après 40 minutes de route, nous arrivons, un petit déjeuner nous est offert et on nous explique rapidement le déroulement de la journée et les règles de sécurité.

[Pour l’anecdote, White Shark Ecoventures est une des 9 compagnies accréditées par l’Etat pour le cage diving, activité très régulée car permettant de plus en plus au requin d’associer l’homme à la nourriture par le fait de leur jeter du poisson pour les appâter. ]

Après avoir signé une feuille dégageant l’entreprise de toute action en justice en cas de blessure, mutilation ou mort, c’est parti ! Nous gagnons le port où notre bateau nous attend. Nous voila pour environ 4-5h au milieu de la baie d’Hermanus a fin de voir ces prédateurs rendus tristement célèbres  par les dents de la mer mais n’entraînant pourtant qu’une dizaine de morts par an à travers le monde…

Les requins sont là des notre arrivée, le responsable de l’excursion a du mal à se faire entendre au milieu de la cohue provoquée par les cercles qu’effectuent les squals autour de notre bateau. Finalement nous plongeons deux fois 20 minutes, les requins viennent s’écraser contre la cage, attirés par l’appât que leur jette l’un des organisateurs.

vers 16h, retour aux bâtiments de la compagnie, un déjeuner et une bière fraîche nous sont offerts et on nous projette le DVD de l’expédition.

Vers 18h, retour vers le Bacpacker, en route nous nous arrêtons pour une pause observation des balaines et des grottes et c’est reparti pour aller voir le coucher de soleil sur une partie du parc national d’Hermanus s’étendant le long de la côte au milieu des dunes.  Après s’être fait tremper par une vague en tentant de prendre une photo, reprise de la route pour Hermanus, puis vers Stellenbosch où nous passerons les 3 prochains jours.

 

 

Stellenbosch

Route des vins

Ce soir, premier soir à Stellenbosch, ce sera repos ! Le lendemain, départ à 9h30 pour un tour guidé de la route des vins.

Premier arrêt vers 10h30 dans une exploitation où l’on nous fait visiter les bâtiments, le cellier… et surtout, grande découverte, l’arbre qui produit le liège ! Ensuite c’est parti pour 1h30 de dégustation de vins. On commence par le champagne, le temps de sabrer la bouteille et c’est parti ! Les bulles sont plus épaisses et moins nombreuses mais cela reste correct. Trois bouteilles de blanc et deux bouteilles de rouge plus tard, c’est reparti pour la prochaine exploitation : Fairview.

Ici, on nous remet simplement une carte des vins et nous sommes libres d’errer entre la dégustation de fromages et la cave à vins durant une bonne heure. Nous y rencontrons Jérôme que l’on avait laissé à Grahamstown.

Vers midi, déjeuner dans un restaurant de Franschhoek, littéralement « le coin français », endroit enclavé dans un angle formé par la rencontre de deux chaines de montagnes et ayant gardé un héritage français de la première vague de colonisation.

Deux exploitations plus tard, il est l’heure de rentrer au backpacker, le temps d’aller faire un tour dans la piscine et notre guide de la journée nous rejoint pour aller prendre une bière ou deux devant le rugby puis restaurant et bars du centre assidûment fréquentés par les étudiants de l’université de la ville.

Cap de Bonne Espérance

Sur la route nous faisons plusieurs arrêts afin d’observer les nombreux villages de pêcheurs bordant toute la côte et notamment à Simonstown où nous pouvons observer durant une bonne demi heure quelques baleines et 4/5 phoques en train de pêcher. Un peu plus loin, une cinquantaine de pingouins d’Afrique déambulent tranquilement et se laissent glisser dans l’eau. Nous rencontrons aussi de nombreux points d’observation nous permettant d’avoir une vue sur la mer turquoise venant border le sable fin des criques autour du cap de Bonne Espérance.

Une fois entrés dans le parc national, nous nous garons au niveau d’un ancien phare et visitons rapidement cette zone, autrefois extrêmement surveillée durant la seconde guerre mondiale car lieu privilégié par les U-boot allemands pour attaquer les convois alliés.

Direction ensuite le cap de bonne espérance, extrémité Sud-Ouest du continent africain où le soleil commence à se coucher. La vue est impressionnante, les vagues viennent s’écraser sur les rochers, personne ne parle, personne ne bouge, les yeux fixés sur l’horizon.

Le soir, de retour à Stellenboch, soirée sportive; ce soir football : Afrique du Sud/nigéria et Rugby : Afrique du Sud / Australie…

Publié par : myafricantrip | 17/09/2010

Cape Town

Dimanche 29 août : le soleil se lève sur Cape Town, il est temps d’aller chercher Caroline, l’amie d’Henning arrivant d’Allemagne pour les vacances. Première visite de la ville, ses plages, son front de mer, son stade encore marqué des stigmates de la coupe du monde et ses boutiques pour touristes.

Cependant, pas le temps de traîner : nous prenons immédiatement deux taxis pour nous rendre dans le township de Gugulethu où chaque week end est organisé un gigantesque barbecue : plus de trois milles personnes concentrées sur deux rues; les maisons sont transformées en bars de fortune, des vendeurs ambulants circulent difficilement au milieu de la foule et la bière coule à flot pour faire oublier les 2h d’attente nécessaires pour acheter un plat de grillades. Les gens dansent, chantent dans tous les coins, sur les murs, les toits et les voitures; la fête se poursuit ainsi jusqu’au coucher du soleil dans une atmosphère survoltée ! Nous rencontrons vers 16h un jeune du quartier fêtant son anniversaire avec ses amis : interdiction pour nous de payer, injonction nous est faite de nous servir dans leurs bières ! Il est impressionnant de constater la générosité de ces gens qui n’ont rien et qui pourtant donnent sans compter et sans rien attendre en retour ! Finalement nous retournons sur le Cap vers 18h à fin d’observer le coucher de soleil sur les montagnes. Une journée bien remplie qui me conforte encore une fois dans l’idée que je me fais des townships et du peuple africain, lésé par la mondialisation et par le capitalisme mais gardant toute sa fierté et sa joie de vivre ! Je me dis parfois que peut être c’est le prix à payer pour préserver sa culture du mondialisme…

Le lendemain matin, deuxième jour à Cape Town, nous décidons de monter au sommet de Table Mountain, une gigantesque montagne dominant la ville . L’ascension dure environ 3h, le dénivelé est plutôt corsé, heureusement le soleil de plomb se voit bientôt occulté par quelques nuages nous offrant avec une légère brise de début de printemps une température parfaite pour ce type de sport. Arrivée en haut, la vue est magnifique, nous dominons la ville et la baie du Cap et voyons petit à petit le soleil se

coucher sur l’extrême sud de notre monde habité. Pour redescendre nous prenons le téléphérique, il était temps, la météo commence à se corser.

Un beer-pong est prévu par les américains  ce soir, jeu incluant, bien sur, des bières et des balles de ping pong, le gérant du backpackers nous rejoint,  la soirée se fera sur le balcon.En descendant ouvrir la porte à des amies, je croise un homme portant une veste de l’armée française; à peine le temps de l’arrêter, la discussion s’engage, c’est un congolais, immigré en Afrique du Sud pour réunir assez d’argent pour se payer le visa français, pays dont il est amoureux et fier de parler la langue; et un invité de plus !

Mardi matin, notre excursion à Robben Island, prison de Nelson Mandela est annulée pour cause de mauvais état de la mer, après avoir déjeuné avec des étudiants de Rhodes rencontrés en chemin,  nous nous rabattons sur une visite du Green Market, équivalent d’un Souk version Afrique australe. Dur de ne pas succomber tous les 2 mètres devant tant de couleurs, de précision dans la sculpture, la gravure… En cherchant bien on trouve à peu près tout ce que l’on veut; or, ivoire, dents de requins blancs…

Après un petit détour par un quartier du Cap réputé pour ses maisons aux milles couleurs, direction la côte à la sortie de la ville pour observer le coucher de soleil qui finalement avec la tempête naissante me rappelle les paysages bretons; passage par une brasserie allemande sur le port et retour au bacpackers.

Mercredi, à cause de la météo nous préférons reporter notre visite au Cap de Bonne Espérance, direction l’aquarium du Cap où nous pouvons observer des centaines d’espèces locales ainsi que des touristes brevetés ayant la possibilité de plonger au milieu des requins.

Dans la soirée direction la baie d’Hermanus, connue pour ses requins et ses balaines. Nous nous installons dans le bacpackers, le propriétaire est très sympa, comme d’habitude, après avoir déposé nos affaires nous sommes invités à une projection de film sur les mouvements rebels africains avec pop corn à volonté. Après cela, soirée billard et au lit; demain au programme : plongée en cage au milieu des grands requins blancs.

Publié par : myafricantrip | 17/09/2010

27/08/2010 : Principe du voyage, organisation et départ

Après une semaine de planification rendue délicate par toutes les interros et dissertations à rendre en cette fin de premier term, nous y voici ! Vendredi 27 août, journée chargée : interrogation en droit des propriétés intellectuelles le matin, quelques minutes pour répondre aux messages reçus pour mon anniversaire, un sandwich et c’est parti, direction Mossel Bay entre Grahamstown et Cape Town où nous dormirons le premier soir.

En effet, le Cap se trouve à une quinzaine d’heures de route, nous avons décidé d’y aller directement pour récupérer Caroline, une amie d’Henning qui vient d’Allemagne pour les vacances.

Nous arrivons vers 19h au backpackers de Mossel Bay et  rencontrons une bande d’Africaans en train de boire quelques bières autour du billard ainsi qu’une hollandaise voyageant seule à travers le pays et ce soir fêtant elle aussi son anniversaire… la soirée risque d’être longue…

Le matin, petit déjeuner  dans un restaurant donnant sur la plage, les surfers sont déjà à l’oeuvre, le temps est superbe, un séjour qui s’annonce bien !

Reprise de la route vers 11h, les paysages sont toujours aussi impressionnants, les nuages jouant avec le sommet des multiples montagnes dessinant l’Afrique du Sud, les troupeaux d’autruches courant en liberté dans les immenses champs bordant les routes et tout cela entrecoupé de rivières et de cascades indescriptibles par leur beauté sauvage.

Après quelques pauses, nous arrivons au Cap vers 20h, nous trouvons rapidement grâce au GPS le bacpackers de Long Street,  la rue noctambule du Cap regroupant une centaine de bars et restaurants. Nous y disposons de notre propre chambre de 6 lits, salle de bain et balcon donnant sur la rue pour seulement 12€ par nuit, parfait ! A peine les bagages déposés, nous rencontrons sur le balcon Alex et Goscha, deux américains passant une dizaine de jours en Afrique du Sud, un peu plus tard nous sortirons tous ensemble au Dubliner, un gigantesque pub irlandais disposant tous les soirs d’une groupe live, le videur est un congolais francophone, au bout de quelques secondes nous tombons grands amis et le carré VIP nous est gracieusement ouvert !

Après qu’une quinzaine de personnes aient essayé de nous refourguer des drogues en tout genre,  coucher 5h, il nous faut dans quelques heures accueillir Caro qui arrive au Cap, nous prenons nos premiers cafés noirs du séjour qui ne seront pas les derniers !

Publié par : myafricantrip | 11/09/2010

Deux semaines au travers du paradis

Les étudiants de Rhodes disposant d’une semaine de vacances à partir du 27 août, nous avons décidé avec un groupe d’étudiants internationaux de partir deux semaine en direction du Cap pour explorer le Cap Ouest en long, en large et en travers !!!

Les articles qui vont suivre relatent cette épopée avec 3 allemands (Henning, Jonas & Carolin(e)), une américaine ( Alexis) et une roumaine ( Anna), de backpackers en backpackers, de paysages de rêve en soirées à n’en plus finir et surtout des rencontres et des aventures inoubliables !

Bien sur, ni les photos ni les articles suivants ne décriront assez bien la magie de ce pays d’Afrique du Sud qui chaque jour nous a émerveillé mille fois plus que le précédent et qui ne finira jamais de nous surprendre par sa beauté et la richesse de ses habitants.

Publié par : myafricantrip | 11/08/2010

Week end du 7 au 9 aout : Hogsback Mountain

En raison de la journée de la femme ( lundi 9 aout), ce week end les étudiants de Rhodes disposent de 3 jours de congés ! C’est donc avec le Hiking club qu’avec une demi douzaine d’étudiants internationaux nous avons décidé d’aller découvrir Hogsback Mountain, le lieu qui a inspiré J.R.R Tolkien pour écrire le seigneur des anneaux. En raison d’un trop grand nombre d’inscrits, le groupe principal ( une douzaine de personnes) partira vendredi à 16h30 , Henning, Albane, Maguelone et moi même les rejoindront en voiture samedi en fin de journée.

Après une soirée ayant un peu trainée, samedi matin 8h mon téléphone sonne : il faudrait finalement partir de Rhodes vers 9h pour rejoindre le premier groupe : une heure pour se lever, faire son sac, aller acheter de la nourriture pour 3 jours et louer la voiture : top chrono.

Nous partons finalement vers midi et après deux heures et demi de route, nous arrivons enfin dans la ville d’Ogsback, au pied des montagnes. Notre point de chute : un « back-packer », sorte de camping servant essentiellement de halte aux marcheurs. Le premier groupe est parti il y a plus de trois heures mais nous a laissé une carte et un peu de matériel. Un rapide coup de fil au groupe I pour prendre les indications avant le départ : « je vous déconseille fortement de partir maintenant, la nuit tombe bientot et le chemin à travers les montagnes est vraiment difficile ! » . Un petit tour à la réception pour glaner quelques informations :  » le départ est une centaine de mètres plus bas, mais la nuit va bientot tomber, il vaudrait mieux attendre demain ». Après tant d’encouragements, en avant !

Après une centaine de mètres, dernier bar, dernier signe de civilisation, nous demandons une dernière fois notre chemin jusqu’au départ de la piste : « vous savez, la nuit tombe à 17h30 et le chemin… » OUI MERCI, bonne journée.

Et c’est parti pour un peu plus de 50 km de dénivelés à travers les montagnes sud africaines. Au bout d’un kilomètre nous rencontrons un fermier qui nous propose de faire quelques mètres avec nous et de nous montrer le chemin à suivre, au regard de l’heure tardive nous acceptons, heureux de constater à nouveau que loin des préjugés occidentaux, l’Afrique du Sud est bien l’un des derniers pays où l’on peut encore compter les uns sur les autres gratuitement, malheureusement notre guide semble avoir un peu de mal à se repérer, et encore plus avec une carte…

Au bout de quelques minutes, après avoir repris le controle des opérations, première montée, une ascencion vertigineuse d’une paroie rocheuse recouverte de végétation le long d’une chute d’eau. La marche est éprouvante, les cuisses en prennent un coup, mais arrivé en haut au bout d’une heure, une ouverture à travers la voute végétale nous offre une vue splendide sur un magnifique couché de soleil  tintant d’une couleur rouge orangée la vallée en contrebas. Après ce moment de contemplation nous ayant presque fait oublier nos dissertations à peine commencées à rendre pour mardi , il nous vient soudain à l’esprit que coucher de soleil signifie aussi tombée de la nuit : il va falloir se dépêcher à sortir de ce labyrinthe à peine aussi large qu’un Homme et dans lequel chaque faux pas peu entrainer une chute de plusieurs centaines de mètres. Notre ami africain est toujours derrière nous…

Vers 18h, enfin en haut , pause bière (épisode I) ! Après quelques minutes une question s’impose : droite ou gauche ? La nuit est maintenant tombée, impossible de voir à plus d’un mètre cinquante devant soi, seule une lampe frontale nous permet encore de lire la carte. Au bout de dix minutes, après avoir réalisé que nous marchions sur la mauvaise voie, demi tour; les signes de piste sont maintenant impossible à lire, il va falloir marcher plein Est à la boussole, notre compagnon de route suit notre équipe silencieusement.

Après une heure et demi de marche vers l’Est et une pause bière (Episode II), nous arrivons à une rivière qui ne figure apparemment pas du tout sur notre trajet : il est temps de s’arrêter pour dormir ! Le temps de déplier la tente, d’allumer un feu et de savourer une bière sous les étoiles ( épisodes III), il est l’heure d’aller dormir, demain levé 5h pour repartir. On peut entendre les bushpigs, sortes de sangliers africains, remuer à quelques mètres de notre campement, il faudra veiller cette nuit, je reste donc debout au coin du feu avec notre invité à discuter de tout et surtout de rien.

Dimanche 5h, nous avons maintenu le feu toute la nuit, dans une heure le soleil se lèvera, il est temps de réveiller tout le monde pour plier bagages.  Une fois le petit déjeuner pris et la zone éclairée : point carte. Apparemment, si nous sommes bien là où nous le pensons, nous ne nous sommes pas trop trompé hier soir : une petite déviation vers le sud et nous serons sur la bonne route !

Problème : une heure plus tard, une fois la translation éffectuée, impossible de trouver la piste vers l’Est; nous décidons finalement de monter en haut d’Hogsback Moutain, à 1800 mètres pour observer la zone. Aprè Une heure et demi de montée harrassante, la vue est extra ordinaire, une vaste étendue de montagnes et de vallées emplies d’habitations multicolores sous le soleil d’Afrique ! Après une courte pause, nous croyons avoir repéré la piste en contrebas, c’est parti pour une journée de 25 km !

Vers 16h : pause le long d’une chute d’eau pour une baignade dans les cascades, l’eau est glacée, mais ça valait le coup !

Le soir vers 18h arrivée au chalet ou l’on retrouve le premier groupe en train de dinner au coin du feu.

Apres une soiree animée, depart sous la neige en direction des sommets qui nous permetront de regagner la vallée. Les chemins étroits recouverts de neige sont très glissants, en contrebas 200 mètres de vide : l’endroit idéal pour une bataille de boules de neige !

Arrivee au backpacker vers 16h, café au coin du feu pour éssayer de décongeler un peu avant de prendre la route, 18h45 arrivée a Grahamstown, une pizza, une douche et au lit.

Au final un week end sportif et éprouvant mais surtout des paysages fantastiques mêlants vegetation, cascades, montagnes enneigées, vallées africaines…

Publié par : myafricantrip | 04/08/2010

Week End du 31 juillet au 1er Aout : Addo Elephant Park

Après avoir planifié  de partir en excursion toute la semaine, nous y voila ! Samedi 31 juillet 9h rendez vous devant clock tower pour un départ vers Addo Elephant park, un safari de quelques milliers d’hectars peuplé de centaines d’éléphants, Kudus, Girafes et touristes en tous genres; cependant ne l’oublions pas, nous sommes en Afrique et apprenant que l’un de nos chauffeurs est malade, il nous faudra attendre 45 minutes avant de partir…

Après 1h de route environ nous arrivons devant l’entrée du parc et nous arrêtons pour acheter de quoi boire et manger pour la journée.

11h, nous partons à travers les chemins de terre de la réserve à la recherche de quelques pachidermes à approcher et photographier. Il ne nous faudra pas longtemps avant de trouver sur le coté droit de la route un éléphant isolé en train de se rafraichir dans une marre. Après l’avoir photographié  pendant 1/4 d’heure sous tous les angles, nous réalisons qu’à moins de 50 mètres de nous se trouve de l’autre coté de la route le reste de ses congénères : une trentaines d’éléphants et leurs petits se nourissant, se battant…  juste devant nos yeux. A peine le temps de zoomer qu’ils traversent la route juste devant les voitures pour rejoindre la marre. Après quelques minutes il est temps de reprendre la route pour aller déjeuner au point d’observation N° I.

Le reste de l’excursion nous permit de voir girafes, Kudus, zèbres, facochère … Après cette journée en plein soleil, arrivée à notre lieu de » bivouac » au bord d’une rivière et à notre disposition : cottages, trampolines, canoés, barbecues, cuisine aménagée …

En ouvrant la porte du réfrigérateur : grillades, légumes en tous genres et … 4 packs de bières fraîches ! décidément ce barbecue s’annonce bien ! Après quelques grillades sous le ciel étoilé d’Afrique, séance de canoë de nuit dans une eau qui, elle, reste hivernale… Nous décidons finalement de ne pas utiliser les cottages et de tous dormir dehors. Vers 6h : le froid et la rosée matinale nous ont tous réveillé, petit déjeuner accompagné du levé de soleil sur les orangeraies, la rivières et notre paradis africain !

Départ vers 11h pour la seconde partie de la réserve où nous progressons entre crocodiles, lions, tigres … et lionceaux ! Aux cris de joie des américaines notre guide nous ouvre la porte de la cage et nous autorise à aller à leur rencontre. Au premier abord, ces châtons sont bel et bien des lions ! Malgré leur taille, leur puissance musculaire et leur caractère trempé se fait ressentir ! Après quelques approches manquées, les premiers d’entre nous réussissent à établir un contact avec les jeunes lionceaux. Quelques minutes plus tard l’enclos se transforme en cours de récréation pour fauves qui se laissent saisir et approcher, avec cependant un coup de croc de temps en temps pour rappeller qui fera courrir qui dans quelques années .

Quelques heures plus tard direction une seconde enceinte du parc à éléphant pour la seconde partie de l’excursion; à dos d’éléphant !  Une heure plus tard, après avoir remercié les dresseurs et nourri nos montures, direction les voitures et retour vers Grahamstown pour la messe.

Un week end bien chargé en souvenirs et en découvertes !

Publié par : myafricantrip | 02/08/2010

Randonnée sur les hauteurs de Grahamstown ( 25/07/2010 )

Après une première semaine de cours peu chargée en cours mais intense en travail personnel et en activités plus ludiques, enfin le premier week end ! Après une journée peu productive samedi, dimanche nous décidâmes de partir en randonnée sur les hauteurs de Grahamstown. Après une quinzaine de minutes, premier arrêt près d’une pièce d’eau entourée de barbecues et de jeunes commençant en arriver pour la nuit. Après quelques photos, reprise de la marche en direction du sommet des collines, sur la gauche une vue panoramique impressionante  de Grahamstown et de ses townships , sur la droite, une pente qui n’en fini pas.

Une heure plus tard, enfin le sommet ! Juste le temps de traverser quelques buissons et nous voila au bord d’une falaise avec en visuel le seul horizon et

les centaines de hauteurs cisaillant la plénitude sauvage du panorama africain… Après une heure ou deux à discuter à cheval sur quelques rochers

suspendus au dessus du vide, retour sur le campus de Rhodes pour le diner. En arrivant dans la ville un spectacle étonnant : un troupeau de vaches en liberté dans la ville perturbe la circulation à

un carrefour. Apparemment personne ne s’en étonne… Passons !

Après une semaine d’orientation bien remplie nous y voila ! La rentrée en plein mois de juillet, la pire chose que l’on puisse imaginer sur Terre… Tous les étudiants internationaux commence à essayer d’oublier tous ces paysages pour ne pas rester cloués au lit lundi matin… Cependant nous apprendrons vite que rentrée scolaire sgnifie aussi : retour des étudiants à Rhodes, et là c’est une autre aventure qui commence…

Lundi Matin, après avoir effectué ma sélection définitive de cours pour ce second semestre (l’équivalent du premier en France), je me rends à 11:25 à mon premier cours en tant qu’étudiant de Rhodes ( et aussi mon dernier de la journée)… Ce sera donc law of patents and designs ( droit des brevets, marques déposées, copyrights…). Mon programme compte en tout 4 matières, deux de droit, une d’anthropologie (migrations transnationales) et une de sciences politiques ( politiques urbaines). J’apprendrais la semaine suivante que je suis aussi tuteur de français.

Une fois cette érintante journée de 45 minutes achevée, il est temps de prendre un peu de repos, qu’y a t il au programme pour ce soir? Cougar monday comme chaque semaine ( en effet la semaine étudiante se répartie en trois pôles festifs majeurs que tout le monde respecte : lundi soir, mercredi soir et vendredi soir pour concurrencer le « jeudi » français)

Les prix défiants toute concurrence entrainent de facto une participation massive de la grande majorité des 7000 étudiants de Rhodes dans un centre ville qui ne compte qu’une artère principale de taille moyenne ( l’équivalent du Bd Guist’hau à Nantes), il est alors assez aisé d’imaginer la scène…

Il est en effet impossible d’échapper à ces piliers de la vie sur le campus, les résidences elles mêmes étant en proie aux pré-drinks et soirées en tous genres.

Mardi, 8:40 anthropologie, je me sens étrangement seul dans la salle . . . La semaine ne fait que commencer !

[Avance rapide]

Vendredi 30/07/2010 , soir de match à Rhodes, l’université UCT du Cap vient nous défier sur notre terrain de rugby, plus de 1500 personnes sont présentes pour encourager leur université. Les tribunes sont recouvertes de violet et blanc. Le match se déroule sur un fond sonor assourdissant, aux bruits des vuvuzelas, des enceintes du Dj déversant un flot continu et des centaines d’étudiants chantant et vociférant à tour de bras. les bouteilles fusent sur le terrain, la dizaine de stadiers payés par Rhodes n’arrêtent pas une minute.

Plus que quelques minutes avant la fin du match, les équipes de sécurité se préparent à diriger les étudiants vers la discothèque privée de Rhodes (l’Union club) lorsqu’ un suporter s’élance nu sur le terrain. Il n’aura pas le temps de traverser, il est rattrapé par deux stadiers qui l’accompagnent jusqu’à la  sortie.

L’Union est bondé, les shooters à 50 centimes y sont surement pour quelque chose, sans trop s’y attarder, direction le Rat’s pour retrouver des amis avant de rejoindre le Frias, l’une des deux discothèques de Grahamstown après une pause chez Mr Burger.

5h00 : au dodo, demain debout 8h pour aller au Rat’s supporter l’Afrique du sud qui rencontre l’Australie !

Le patron dispose de 4h montre en main pour tout remettre en état et se préparer à recevoir 300 étudiants chauffés à bloc : top chrono !

Ce dimanche, journée chargée au programme : déménagement, après la semaine d’orientation il est temps de gagner chacun nos résidences respectives. La préparation est minutée : levée 7h30, petit déjeuner jusqu’à 8h et départ à 9h30 précises.
Encore endormis j’ouvre les yeux, je regarde mon téléphone… 9h22… échec

Je mets toute l’énergie dont je dispose pour sortir de mon lit, l’objectif maintenant est de collecter toutes mes affaires auxquatre coins de la chambre et de remplir ma valise et mes deux sacs… top chrono

vers 9h45 je sors enfin de ma chambre, le taxi est parti mais heureusement Henning a toujours la voiture de la plage. Après avoir déposé rapidement les affaires et rendu les clés , départ pour Port Alfred en minibus.

Retrouvailles avec les dunes de vendredi pour certains, première sortie pour la majorité. Après quelques sauts, direction la mer, et il faut dire qu’aujourd’hui elle est vraiment bonne ! Les rouleaux sont toujours aussi impressionants.

Après le déjeuner, nouveau challenge : apprendre aux américains à jouer au rugby : oui c’est un gros balon de football, non ce n’est pas  parce que vous êtes américains que vous avez le droit de passer vers l’avant, non on a pas le droit de frapper quelqu’un qui n’a pas la balle et encore moins au sol…  Finalement la partie se déroulera plutot bien, même si se terminant en sorte de foot-rugby-handball-boxe thaï.

De retour à Grahamstown direction His people Church, l’Eglise protestante de Pitch qui nous a invité, dès les première minutes nous nous rendons compte que la célébration sera quelques peu … différente;  durant près de 45 minutes l’assemblée danse aux quatre coins de la salle au son du piano électrique, de la guitare, de la basse et de la batterie du groupe de rock de l’église. Alors que nous commençons à nous demander si nous avions bien compris « messe » et non pas concert, finalement après un sermon de 20 minutes nous sommes invité à un thé-café-gâteau avec la communauté.

Retour à Joe Slovo pour un premier contact avec mes co-résidents : mon voisin de chambre est apparemment Dj, j’en eu la confirmation un peu plus tard en l’entendant travailler jusqu’à 4h du matin . . .

Aujourd’hui dernier jour de la semaine d’orientation, une visite guidée des townships nous est proposée par Rhodes afin d’avoir une appréciation de la vie sud africaine dans sa globalité et non seulement par l’image que nous pouvons en avoir du campus.

Le départ est fixé à 14h, nous partons donc vers 14h45 dans un mini bus d’une vingtaine de places pour environ 25 étudiants. Après un bref arrêt par le monument érigé  en mémoire de la colonisation de la ville et un rapide point d’histoire sur l’afrique du sud, direction les townships.

A peine le temps de traverser la ville que nous commençons déjà à appercevoir des habitations faites de tôles et de matériaux de récupération en tous genres, n’ayant rien à envier au favellas et autres bidonvilles réputés. Le guide nous commente mètre par mètre la façon dont ces regroupements de pauvres se sont développés durant l’apartheid et comment le gouvernement actuel feint d’ignorer le problème.

Au bout de quelques minutes, premier arrêt devant une maison, les habitants sont dans le jardin, une femme y lave le linge dans de l’eau de récupération et les enfants assis autour s’amusent avec de la boue. Ces derniers nous regardent, le climat dans le bus commence à se tendre, après l’effarement povoqué par ces images, une question commence à naître en chacun : « qu’est ce que je fais dans ce bus à regarder par cette fenêtre la misère quotidienne des gens de ce quartier? »

« vous pouvez prendre des photos ! » insiste le guide sud africain, mais étrangement, personne ne prit de photos.

Sans se rendre compte de notre malaise, le tour reprend de plus belle, les explications continuent à raisonner contre les vitres, mais plus personne n’y prête vraiment attention; au loin on peut appercevoir « clock tower », l’entrée de Rodes…

Au bout d’une dizaine de minutes le bus s’arrête et le guide commence à nous expliquer que nous allions pouvoir descendre et prendre quelques photos. Les regards se croisent, nous finissons par descendre. Après avoir rencontré  à un carrefour quelques vaches, deux trois habitants apparemment ivres et quelques enfants habillés aux couleurs de leur équipe nationale, il nous est proposé de marcher sur une cinquantaine de mètre, sous bonne garde, afin d’avoir un apperçu « live » des townships.

Après quelques pas un petit groupe d’étudiants internationaux commence à s’agiter en tête de colonne, ils ont repéré en contrebas un plateau sur lequel une quinzaine d’enfants jouent au foot entre les carcasses de vélos et de bidons rouillés. Après un rapide coup d’oeil vers le guide apparemment  assez occupé à expliquer sa jeunesse dans les quartiers défavorisés : en avant, une partie du groupe commence à descendre dans la cuvette pour rejoindre les jeunes sud africains. Les voix du guide et du chauffeur commencent à s’élever au loin, les américains commencent à courir, un peu en arrière je regarde le guide « sorry I’m French I don’t understand  » , et en avant, les européens rejoignent la partie quelques secondes plus tard.

Après nous avoir rejoint et pleurniché pendant 20 minutes en nous expliquant la façon dont Rhodes allait mettre fin à ses jours en rentrant et en nous promettant  de nous enmenenr dans un bar des townships, le guide obtient finalement gain de cause et nous reprenons le chemin du bus après maintes photos et au revoirs.

Après la visite d’un atelier d’artisanat, nous prenons la direction de la maison d’une amie de notre guide qui apparemment nous invite à dinner dans une partie des townships. Nous y sommes très bien reçu autour de plats d’origine Zulu et xhosa. Après un repas d’une trentaine de minutes, quelques chants avant de partir et direction Rhodes.

Après avoir payé le guide et convenu avec lui d’un transport le lendemain vers la plage pour une vingtaine de personne, direction le Rat’s où des étudiants font déjà la fête, sans même avoir à l’esprit ces dizaines de milliers d’habitants entassés dans ces habitats de fortunes et vivant à moins d’un kilomètre…

Publié par : myafricantrip | 27/07/2010

Vendredi 16/07/2010 : objectif plage

Après une semaine de formalités administratives et de routine au Rat’s, jeudi soir nous décidons de louer une voiture et de prendre la direction de la plage, demain rendez vous 11H ! C’est donc a midi et demi (heure africaine oblige) que nous nous retrouvons, direction Avis location. Aujourd’hui notre pilote s’appelle Henning, c’est son bapteme de conduite a gauche avec volant a droite, prions !

Au bout d’une demi heure de route une question s’impose : quelle est la limitation de vitesse en vigueur ? Pas grave, on verra ça plus tard !

Après des millions de pauses photos, arivée à Port Alfred vers 14h, maintenant il faut trouver un endroit où déjeuner … ce sera donc le traditionnel fast food qui l’emportera. 15h direction la plage.

La vue est impressionante, sur des kilomètres une étendue de sable ultra-fin, sans un seul coquillage ni un seul être vivant à part nous d’ailleurs ( peut être que l’hiver y est pour quelque chose…).

Nos regards se croisent machinalement; une pensée nous traverse en un éclair : le dernier à l’eau est un … britannique ! Longue course effrénée , jusqu’à la mer, l’Océan indien n’est pas vraiment aussi chaud que je l’attendais ( environ 10 degrés), mais bon, pour un breton, c’est un vrai jacuzzi … En fait non, elle est vraiment froide, mais bon cela ne nous empechera pas de rester une bonne demi heure entre les énormes rouleaux du cap est.

Après quelques passes sur la plage, direction l’entrée du port pour le café/goûter et direction une deuxième plage un peu plus loin au milieu des dunes pour profiter du soleil couchant sur l’extrême sud de notre planète. Après une petite pause dans un restaurant local très sympatique, direction Grahamstown et l’appartement de Pitch qui nous reçoit ce soir avant le Rat’s.

Un séjour qui commence bien, dur d’imaginer que dans une semaine il faudra retourner en cours …

Publié par : myafricantrip | 26/07/2010

Rhodes university : Where leaders learn

Fondee  par une loi du 31 mai 1904, l’universite de Rhodes compte aujourd’hui parmis les plus prestigieuses institutions d’Afrique et est reconnue dans le monde entier. Totalisant pres de 7000 etudiants dans une quarantaine de departements ( du droit a la musicologie en passant par les sciences politiques et l’ichtyologie…), Rhodes represente par sa taille et sa renomee le reel centre d’activite de la ville de Grahamstown ( comptant pres de 75% de chomeurs), et un pole majeur pour la province.

Par sa superficie le campus de Rhodes represente pres d’un tiers de la ville et pres de 99,5% de la clientele des bars du centre ville.

Linstitution est absolument incomparable a toute universite francaise par les moyens dont elle dispose, ici tout fonctionne a la reconnaissance par empreinte digitale, meme pour le dejeuner, les etudiants disposent de deux piscines, une salle de musculation avec coach personnel, d’une librairie ultra moderne, de deux immenses terrains de sport avec gradins de 800 places, d’une radio emmetant 24h/24, d’un bar . . .

Bref, bienvenue au club med africain !

Dimanche 11 juillet, 11h05 mon train part de la gare de nantes en direction de Roissy/Charles de Gaulle, arrivee prevu aux alentours de 14h. Au programme : une attente de 5h a charles de Gaulle avant de prendre l’avion direction Londres Heatrhrow ou j’atterirais vers 20h35 environ. heureusement, l’aeroport dispose du wifi et d’un restaurant a peu pres correct (a 11euros la feuille de salade…). A Londres, apres un nouveau portique de securite, redecollage a 21h15 pour arriver a 9h du matin a johanesbourg apres 12h de vol que je n’ai au final pas vu passer entre un demi film;, 6h de sommeil et un bout de discussion avec ma voisine sud africaine qui essaie de me faire comprendre que l’Afrique du sud est un pays parfaitement sur si l’on sort accompagne, jamais apres 16h et que l’on fait installer des barbeles a ses murs et des barreaux a ses fenetres . . .

Arrivee a Johanesbourg, mon avion est en retard, mes bagages mettent 1/4 d’heure a arriver et je dois les re-enregistrer ! Quoi ne mieux qu’un petit footing matinal dans l’aeroport de johanesbourg pour se reveiller, mission : trouver le terminal. Heureusement un employe de l’aeroport  propose de m’y enmener. 50 metres et 2 minutes plus tard, mon tres serviable sauveteur me tend la main et me demande 100 rands (10 euros).  Quelques explications et hurlement plus tard, enfin l’enregistrement ! Un nouveau portique de securite et direction port Elizabeth !

A l’arrivee le taxi envoye par Rhodes n’est apparemment pas la, pas un etudiant en vue et je transporte deux fois mon poids derriere moi. Great !

Apres quelques errances, je rencontre Guillaume, etudiant francais, et grace un un coup de fil et une visite au bureau d’information nous reussissons a trouver le taxi adepte de l’heure africaine. Nous sommes vite rejoint par 3 americains et un sud africain. Quand nous lui demandons combien de temps allait prendre le trajet pour Rhodes, il nous repond qvec un sourire au levres : ca depend !. En effet, apres que le chauffeur ai perdu le ticket pour sortir du parking, ai du s’expliquer pendant 10 minutes avec le gardien, il ne nous fallut attendre que 20 minutes pour tomber en panne, 30 pour attendre le nouveau taxi.

Apres 2 h de route a travers des paysages tous plus impressionants les uns que les autres, nous arrivons a grahamstown. Probleme : ou nous deposer ? apres un bref coup de telephone a la responsable des relations internationales, ce sera olive Schreiner Hall !

le temps d’arriver, de poser ses affaires et de rencontrer tout le monde, c’est au bout d’une heure que je decouvre enfin le Rat & Parrots, le bar favoris des etudiants de Rhodes, et les bieres sud africaines a 1euro50 la pinte !

Ce sejour s’annonce bien !

Catégories